11 rue des Pyramides, 75001 Paris

Au Pays de Tamerlan

à partir de 1.475€
Faire une demande de Devis

Informations

à partir de 1.475€
  • : Continent asiatique
  • : Oui
  • : Ouzbek & Russe
  • : Tachkent
  • : 447 4001 km2
  • : 12 jours - 11 nuits
Programme

Au Pays de Tamerlan

Au Pays de Tamerlan - 12 jours - Circuit organisé en Ouzbékistan

Saberatours vous embarque pour une traversée emblématique : un voyage Route de la soie. Bouclez vos ceintures et envolez-vous pour l’Ouzbékistan. Outre les paysages envoutant, vous découvrirez des habitants chaleureux et des monuments à couper le souffle.

Sur votre route, vous rencontrerez les sables rouges du désert de Kizil-Koum, des nomades vivant dans des yourtes traditionnelles, des petits villages traditionnels mais également des villes lumineuses à l’image de Boukhara. Berceau d’une civilisation ancienne, vous serez charmés par le marché artisanal sous les coupoles marchandes du XVIe siècle. L’art a gardé une place très importante dans toutes les villes qui jalonnent le voyage de la route de la soie. Au menu, des plats succulents à l’image du Qavurma lagman (nouilles sautées aux légumes et viande). De nombreux sites sont à visiter comme le Minaret de la mort, la forteresse Ark, le Mausolée de Tchachma Ayoub, sans oublier la fameuse source de job réputée pour ses vertus curatives.

1

Vendredi : France - Ourguentch

Nuit à bord.

2

Samedi : Ourguentch-Khiva

Arrivée à l’aéroport d’Ourguentch et accueil par votre guide accompagnateur francophone.

Transfert à Khiva. Installation à l’hôtel et petit déjeuner. Matinée de repos. Déjeuner et début des visites.

Khiva : Dernière capitale du Khorezm, Khiva offre l’apparence d’une ville en parfait état, telle qu’elle était entre le XVIIIe et le début du XXe s., avec 2 200 m de murailles intactes qui forment Kounia Ark, « la vieille citadelle » et limitent la ville intérieure.

Khiva fut l’un des marchés d’esclaves le plus important de l’Asie centrale et celui-ci fut actif jusque vers les années 1915-20. Une visite guidée vous permettra d’avoir les détails de tous les bâtiments à visiter. Le plus ancien monument est le mausolée de Seyid Alaouddin (XIVe s.) mais l’essentiel date des XVIIIe et XIXe s. Khiva est réputée non seulement pour ses monuments historiques uniques, mais aussi pour un ensemble architectural parfait qui n’a pas d’équivalent en Asie Centrale. Les traditions semblent encore aujourd’hui très enracinées. Le visiteur est projeté soudain hors du temps, dans un univers de mirages et de miracles.

Nous entrons dans la vieille ville par la porte ouest, Ata Darvaza, l’une des quatre portes élevées au XIXè s. à chacun des points cardinaux. A travers les petites ruelles, nous découvrons les trésors architecturaux de ce véritable musée en plein-air (mosquées, minarets, petits palais et medersas).

Kounya-Ark, « vieille forteresse » (1686-1806), palais fortifié qui servait de résidence au gouverneur. Résidence principale des Khans, elle comprenait la Chancellerie, la salle du Trône, des mosquées aux magnifiques céramiques bleues et blanches et un Hôtel des monnaies où vous découvrirez la fabrication du billet de soie et la frappe de la monnaie.

Au sein de Kournych-khana se déroulaient les réceptions officielles : en son centre nous trouvons la petite cour dotée d’un aïvan, véranda à deux colonnes dont les murs sont recouverts de carreaux de majolique peints, réalisés sous le règne du khan Alla-Kouli (1825-1842).

La terrasse de la tour Ak-Cheikh-Bobo nous offre une magnifique vue panoramique sur toute la ville.

Visites des médersas Mouhammed Rakhim Khan (1871), médersa Islam-Khodja (1908-1912) avec son minaret de 44,5m de hauteur et 9,5m de diamètre, le plus haut minaret de Khiva.

En empruntant la deuxième avenue d’Itchan-Kala, on arrive au Palais d’Alla-Khouli, plus connu sous le nom de Palais TachKhaouli, « le palais de pierres », la deuxième résidence des khans de Khiva (1838).

Les douces bulles que forment les coupoles du Tim d’Allakouli-Khan, aussi appelé « Marché du Palais », relient la cité intérieure au grand bazar, ainsi qu’à l’immense caravansérail Allakouli Khan.

Devant la médersa du khan Moukhammed-Amin, la plus grande de Khiva (78m x 60m) se dresse l’étonnant Kalta-minor (minaret court, 1855). Ce devait être le plus haut minaret de l’Orient musulman, mais Moukhammed-Amin, qui en avait ordonné la construction, ne revint plus à Khiva à la suite d’une défaite, et les travaux furent arrêtés. C’est du moins ce que rapporte l’historien Mounis. La légende dit que l’émir de Boukhara, jaloux de ce minaret extraordinaire, convoqua secrètement le maître d’œuvre afin d’élever un minaret semblable à Boukhara. Lorsqu’il l’apprit, le khan fit jeter l’architecte du haut du minaret, qui resta ainsi inachevé.

Visite du mausolée de Sayid Alaoudin, érigé peu de temps après la mort du cheikh en 1303, ainsi que de l’ensemble d’Islam Khodja.

Dîner en ville. Nuit à Khiva.

3

Dimanche : Khiva – Ourguentch - Boukhara

Petit déjeuner à l’hôtel.

Suite de la découverte de la ville de Khiva, avec :

La Mosquée Djouma, principale mosquée de Khiva. Elle comporte 218 colonnes de bois sculpté.
Le Palais Tach-Kaouli, avec son harem, ses salles de réception, et sa Cour de Justice, est un véritable dédale où vivaient Allakouli Khan et son entourage.

La Medersa Allakouli-Khan. Elle précède un cortège de bâtiments qui portent tous le sceau royal de l’un des plus grands khans de Khiva. L’édifice est fermé, mais sa force artistique s’exprime dans les céramiques au bleu glacial du plus haut portail de la ville.
Derrière la mosquée Djouma s’élève le plus remarquable monument architectural de Khiva : le mausolée de Pakhlavan-Makhmoud (1810-1825).
Déjeuner.

Visite du palais d’été du dernier khan de Khiva : KiblaTozaBog avec sa décoration particulière ainsi que du palais Nurullabay.
Dîner en ville.

Transfert à l’aéroport d’Ourguentch et envol pour Boukhara.
Transfert à l’hôtel. Nuit à Boukhara.

4

Lundi : Boukhara

Petit déjeuner à l’hôtel.

Départ pour une journée complète consacrée à la découverte de Boukhara.

Considérée comme une des plus anciennes cités d’Asie centrale (elle aurait été fondée au XIIIe s. avant notre ère, près de 1000 ans avant la conquête d’Alexandre), Boukhara, la plus secrète des cités caravanières, la mieux préservée des villes figées d’Orient,  est célèbre pour ses 360 mosquées (une par rue) et ses minarets.

BOUKHARA : sa beauté réside dans la simplicité et la pureté de ses monuments tapissés de briques ocres harmonieusement disposées. C’était autrefois un grand carrefour pour les caravanes qui jalonnaient la Route de la Soie. Même si elle ne compte plus 360 mosquées comme avant la Révolution, BOUKHARA a toujours la réputation d’être une « ville-musée » à ciel ouvert : dix siècles d’histoire sont inscrits dans ses monuments qui condensent en quelque sorte toute l’architecture de l’Asie Centrale.

Sur cette ville aux rues grouillantes, à la population accueillante et active, veillent curieusement des couples de cigognes, souvent perchées sur des minarets où elles ont élu domicile et sont devenues le symbole de la ville. Depuis 1974, l’UNESCO a inscrit le centre historique de la ville au Patrimoine Mondial de l’ Humanité. La région de BOUKHARA est connue pour sa production d’or, de soie naturelle, de coton, d’astrakan, de pétrole et de gaz naturel.

L’ensemble Po-i-Kalon, centre religieux de Boukhara, est un ensemble architectural au centre de la vieille ville qui comprend l’immense Mosquée Masdjidi Kalon avec son grand dôme bleu et la Medersa Mir-i-Arab avec le minaret Kalon (XIIè siècle), le plus haut de son temps en Orient.

Le Mausolée d’Ismail Samani abrite l’édifice le plus ancien de Boukhara conservé dans son état original : la tombe d’Ismaïl Samani (Xèsiècle) aux bleus éblouissants.

C’est un cube quasi parfait où la vivacité des couleurs et la richesse des motifs des briques contribuent à sa majesté.

Le Mausolée Tchachma Ayyoub « la source de Job », avec ses quatre salles à coupoles, date du XIIème siècle.

En fin de matinée, promenade dans le bazar oriental.

Déjeuner. Visite de l’atelier de poupées.

Le Tchor Minor, avec ses quatre tours à coupoles, est l’un des édifices les plus séduisants et les plus étranges de Boukhara. C’est en fait le corps de garde d’une médersa dont il ne reste que quelques ruines.

Le Liab-i-Khaouz, situé sur la grande place, est composé de trois édifices : la Medersa, le Khanaka Nadir Divan-Begui et la Medersa Koukeldach.

Les coupoles marchandes appartiennent à l’architecture civile du XVIème siècle : la Tok-i-Zargaron, domaine des bijoutiers, la Tok-i-Toulpak Fourouchon, domaine des chapeliers et la Tok-i-Sarrafon réservée aux changeurs.

La Medersa Abdoul Aziz Khan est un bel exemple de l’iconographie islamique : vases, fleurs, oiseaux fabuleux, paysages de parc…

Le Tim d’Abdullah Khan fut construit en 1577. Cette coupole marchande abritait les vendeurs de soie Afghans.

Dîner. Nuit à Boukhara

  • Boukhara
5

Mardi : Boukhara

Petit déjeuner à l’hôtel.

Départ pour une matinée consacrée aux dernières visites de Boukhara et dans ses environs.